jeudi, 10. décembre 2020

Le CBD n’est ni un anesthésique ni un médicament

La Cour européenne de justice a statué

Le commerce du cannabidiol n’était souvent pas si facile dans le passé. Les lois ont été interprétées de manière bizarre, les réglementations sur les nouveaux aliments ont été modifiées unilatéralement et, enfin et surtout, la Commission européenne a voulu reclasser le CBD afin qu’il ne soit désormais disponible sur le marché que comme stupéfiant. Maintenant, la Cour de justice européenne a eu à traiter de la substance et a statué sans équivoque: le CBD n’est ni un anesthésique ni un médicament.

De nombreux petits magasins ont eu trop souvent des visites non désirées de l’État ces dernières années, parce qu’ils se sont sentis appelés au tapis par une vente publique de produits CBD. Puisque le cannabidiol, malgré son effet non psychoactif, éclairait bien le cannabis dans son ensemble, le commerce dynamique de l’ingrédient actif obtenu à partir de plantes de chanvre détestait manifestement les personnes occupant les bonnes positions. Étant donné que la Commission européenne a récemment demandé une interdiction qui n’aurait alors permis que le commerce en tant que stupéfiants d’ordonnance, la Cour européenne de justice devait maintenant se saisir de l’affaire et la juger. Maintenant, le tribunal a décidé jeudique les produits CBD peuvent être commercialisés et ne peuvent pas être interdits par un État membre de l’UE s’ils ont été légalement produits dans un autre État membre . Ce jugement s’applique à tous les produits fabriqués à partir de plantes entières de cannabis sativa, y compris les fleurs et les têtes de fruits. La décision déclare que le CBD  » ne provoque apparemment aucun effet psychotrope ou effet nocif «  dans le corps humain. Le CBD n’est ni un stupéfiant ni une drogue, affirme si clairement la Cour de justice européenne que les représentants de l’industrie du marché sont extrêmement heureux de la décision du tribunal . « Je ne m’attendais jamais à ce que l’issue de la procédure soit différente – mais le fait que la CJCE ait été si claire a même dépassé nos attentes », rapporte Finn Hänsel de l’association professionnelle Pro CBD, qui est également le directeur général du Sanity Group.

Dans l’ensemble, une évolution positive après une longue période d’incertitude et une déclaration claire pour les participants commerciaux, qui ont récemment eu l’arme sur la poitrine de la Commission européenne. La CJCE a finalement démantelé les arguments de la commission et exige des preuves claires de la dangerosité de l’ingrédient actif cannabidiol obtenu à partir du cannabis pour de futures restrictions au commerce.

Cet article a été publié pour la première fois dans «Hanf Journal» le 21 novembre 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.