samedi, 2. janvier 2021

Bob Dylan a épinglé les Beatles avec du cannabis

L’ancien Beatle Paul McCartney qualifie les membres du groupe le plus titré de l’histoire de la musique de «têtes de champignons» qui fument du cannabis


De Sadhu van Hemp


Les deux « Beatles » Ringo Star et Paul McCartney encore vivants ont respectivement 80 et 78 ans. Avec George Harrison, décédé en 2001, et John Lennon, assassiné en 1980, les quatre natifs de Liverpool ont écrit l’histoire de la musique avec leur groupe de beat et de rock. Tout le monde connaît les Beatles et leurs chansons, et quiconque interroge ses grands-parents sur les «têtes de champignon» entendra une lueur dans les yeux sombres des vieux hommes et femmes blancs.


Le battage médiatique autour des Beatles dans les années 1960 était illimité: selon les estimations de la maison de disques EMI, les Beatles ont vendu plus d’un milliard de disques avec des succès comme « She Loves You » ou « All You Need Is Love ». Un album vinyle des Beatles qui allumait la platine était indispensable pour de nombreux jeunes hommes de l’époque, afin de conquérir le cœur des femmes et d’amener la bien-aimée à l’heure du déjeuner.


Mais le boys band britannique n’était pas le numéro un pour tous les jeunes. Aussi agréables que soient les chansons et enchantées les foules, les Beatles n’étaient pas considérés comme les représentants de la jeunesse rebelle qui terrifiait les citoyens dans les années 1960. Oui, c’était presque une question de foi: les Beatles ou les Rolling Stones? Les têtes de champignon étaient trop belles aux yeux de nombreux rock’n’rollers, qui ont laissé les producteurs de musique les mettre en costumes et se coiffer. Bref, les Beatles étaient des stumpers.


Avec l’âge et le succès croissants, ils ont rompu avec la stigmatisation des bons garçons qui sont dociles et plaisent à tout le monde. Bien qu’ils soient restés la mesure créative de toutes choses dans la culture pop, l’ère hippie ne les a pas laissés sans trace. Les têtes de champignon parfaitement séparées se sont transformées en moche aux cheveux longs et sont restées les modèles de toute une génération qui cherchait à se libérer de la puanteur petite-bourgeoise.


Mais contrairement à beaucoup d’autres rock stars, ils sont restés en grande partie bons jusqu’à la séparation du groupe en 1970. Il n’y avait pas de gros titres sur les excès de drogue et autres choses vilaines comme celles produites par les Stones, Frank Zappa, Janis Joplin ou Jim Morrison sur la chaîne de montage. À ce jour, les Beatles ont l’image du gentil garçon d’à côté, qui ne fait pas de fisimatents et ne donne aucun chagrin à maman et à papa. Ringo Starr, Paul McCartney, John Lennon et George Harrison ont été intronisés dans l’Ordre des Chevaliers de l’Empire britannique en 1965 pour leur comportement exemplaire.


Mais les quatre chevaliers n’étaient évidemment pas aussi exemplaires, comme l’a récemment révélé Paul McCartney dans un podcast. Plus d’un demi-siècle plus tard, c’est officiel: Ringo, John, George et Paul étaient de mauvais criminels du cannabis à l’apogée de leur carrière dans le groupe. Ce que McCartney n’avait admis qu’à moitié au fil des ans n’est plus un mythe. Jusqu’à présent, il avait seulement admis que le titre de 1966 « Got To Get You Into My Life » rend hommage à la plante de cannabis. La chanson a été créée après qu’il ait fait «connaissance» avec l’herbe.


À cause de « connaissance »! Ils crépitaient comme le diable, les bons Beatles. Selon McCartney , l’auteur-compositeur-interprète américain Bob Dylan (79 ans) est responsable du grave abus de cannabis du groupe au milieu des années 1960.


Sa première victime était Ringo Starr, qu’il a séduit par la consommation de cannabis dans l’hôtel Delmonico de New York sur Park Avenue, près de Central Park à Manhattan – et qui assiégeait l’hôtel et le groupe était sous la protection de la police pendant des centaines d’adolescentes, pour la plupart des femmes.


«Je m’en souviens assez bien», décrit McCartney ce soir-là dans un passé lointain. . «Nous avons séjourné dans cet hôtel et je pense que nous étions en tournée. Nous étions donc tous ensemble dans la suite de l’hôtel: nous nous sommes assis et avons bu ensemble, puis est venu Bob. Nous avons dit «bonjour» et il a disparu dans une arrière-salle. (…) Ringo le suivit pour le vérifier. «Après quelques minutes, il revint, visiblement étourdi et légèrement confus. Lorsqu’on lui a demandé ce qui se passait, il a répondu: «Oh, Bob fume de l’herbe là-bas.» Après tout, tous les hommes se sont précipités dans l’arrière-salle «pour goûter la substance désagréable. C’était une super soirée. C’était fou. C’était très amusant. « 


McCartney a ajouté que le cannabis n’était pas un compagnon rare pour le groupe pendant cette période. Il a également « passé du temps avec Bob à quelques reprises » lors d’autres soirées d’hôtel. Ils auraient passé de bons moments ensemble. « C’est un gars formidable. »


Et ce grand gars, qui a remporté le prix Nobel de littérature en 2016, a maintenant, 55 ans plus tard, fait la une: Bob Dylan a épinglé les Beatles avec le cannabis.

Cet article a été publié pour la première fois dans «Hanf Journal» le 29 décembre 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.