mardi, 19. janvier 2021

Le Luxembourg reporte la légalisation du cannabis

Ministre de la Santé Paulette Lenert: La légalisation du cannabis n’est pas une priorité


Un commentaire de Sadhu van Hemp


Le Grand-Duché de Luxembourg est un petit pays, la superficie aussi grande que la Sarre voisine et avec un peu plus de 600 000 habitants à peu près à égalité avec Lyon. Lëtzebuerg est une monarchie parlementaire, et tout le pouvoir vient du peuple, qui veille à ce que tout soit fait avec les bonnes choses. Jusqu’ici tout va bien.


Lors des élections législatives de 2018, les électeurs ont décidé de mandater le Premier ministre sortant Xavier Bettel du Parti démocrate pour diriger le pays au nom du peuple pendant encore cinq ans. Dans sa déclaration gouvernementale, Bettel a annoncé qu’il tiendrait sa promesse électorale et soumettrait au plus tard à l’automne 2021 un projet de loi permettant la culture, la vente et la consommation de cannabis à usage personnel.


En soi, la mise en œuvre de la réforme juridique à l’automne 2018 n’aurait pas été un gros problème. Un coup de fil à la rédaction du Hanf Journal aurait suffi et l’un de nos lecteurs commentateurs se serait immédiatement rendu au Grand-Duché pour montrer au gouvernement un moyen rapide et efficace de faire le travail en quelques jours à la satisfaction de tous.


Notre proposition aurait prévu que la culture de dix plants de chanvre par personne soit approuvée avant le 1er décembre 2018 et la vente d’un maximum de cent grammes de cannabis prêt à l’emploi par mois dans les pharmacies – comme c’était courant avant l’interdiction du cannabis. Dans le même temps, l’importation de haschich et de marijuana en provenance d’autres pays serait autorisée. Les autorités qui contrôlent déjà la qualité marchande des denrées alimentaires et des produits de luxe seraient chargées de veiller à ce que tout se passe bien et à ce que les droits de douane et les taxes soient payés pour la culture commerciale, la transformation industrielle et l’importation et l’exportation. Quiconque enfreint les règlements sera poursuivi comme tout trafiquant de tabac, fanatique d’alcool et autre empoisonneur – point final.


La mise en œuvre de la promesse électorale pourrait depuis longtemps être sèche – et cela depuis plus de deux ans. Mais non, les politiciens professionnels de l’Hôtel de la Chambre, siège de la Chambre des députés, ne peuvent pas aller assez lentement. Interrogée par l’agence de presse allemande sur le moment où le Luxembourg arrivera enfin à Potte, la porte-parole du ministère de la Santé a seulement répondu succinctement qu «aucun délai précis n’a été fixé pour l’entrée en vigueur du règlement. La priorité est plutôt que le gouvernement se donne le temps dont il a besoin pour mener à bien cette entreprise de manière adéquate et sereine.»


En réponse à une question parlementaire, la ministre de la Santé, Paulette Lenert, en poste depuis février 2020, a déclaré que le gouvernement «continuerait de s’efforcer de réglementer de manière adéquate, contemporaine et axée sur les solutions l’usage généralisé du cannabis à des -à des fins médicales au Luxembourg». Cependant, la rédaction d’un concept national était toujours en cours.


La social-démocrate dit carrément qu’elle ne considère pas l’approbation du cannabis comme une priorité au vu de la pandémie corona. Au contraire, l’avocate de formation souffle dans la même corne que l’avocate de formation Daniela Ludwig, qui occupe le poste de commissaire aux drogues en Allemagne et mène la pire propagande avec des demi-vérités et de fausses nouvelles pour maintenir l’interdiction du cannabis. Mme Lenert soutient également le mythe selon lequel la teneur moyenne en ingrédient actif du cannabis commercialisé illégalement a explosé ces dernières années. En conséquence, les «risques potentiels» ont augmenté, de sorte que de «nouvelles approches» sont nécessaires. C’est un «défi complexe», déclare la porte-parole du gouvernement. Le modèle canadien «ne peut pas être appliqué de manière individuelle au contexte luxembourgeois».


Il est de plus en plus évident que la coalition au pouvoir composée de libéraux, de socialistes et de verts joue le mauvais jeu. Vous ne voulez pas vraiment prendre à cœur vos amis fumeurs – pas même ceux qui ne se saoulent que de chanvre CBD légal et non fumeur. Depuis décembre 2019, les autorités fiscales luxembourgeoises perçoivent une TVA de 17% au lieu de 3% de TVA pour les produits CBD, et à la fin de l’année, une autre taxe sur le tabac de 33,5% sera due.


À quel point le taux de taxe des produits de chanvre contenant du THC sera-t-il élevé s’ils sont libérés à un moment donné, tout le monde peut se débrouiller seul. Les revendeurs de cannabis illégalement exonérés et exonérés de taxes seront heureux.


Cet article a été publié pour la première fois dans «Hanf Journal» le 4 janvier 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.