samedi, 23. janvier 2021

Le maire d’Amsterdam veut bloquer les touristes du cannabis

Plus de «sexe, drogue et rock ‘n’ roll» dans la ville du canal?

Photo: Willi Wiet


Un commentaire de Sadhu van Hemp


Lorsque Femke Halsema a succédé au maire Eberhard van der Laan (PdvA), décédé en 2017, en 2018, beaucoup pensaient que ce ne serait pas si mal qu’un représentant du parti «GroenLinks» prenne en charge le sort politique de la ville du canal. Mais quand il a pris ses fonctions, il y avait déjà des signes que Halsema voulait continuer la déforestation massive dans la scène des cafés d’Amsterdam, qui avait été menée à grande échelle depuis 2005, et procéder à un changement d’image.

Le carriériste politique de 54 ans rêve d’une maison de coucou nuageux où seuls ceux qui vont à l’église le dimanche et appartiennent à la bourgeoisie aisée ont le droit d’exister. Halsema n’aime pas les gens de la classe inférieure moins instruite qui veulent juste vivre leur petite vie et ne peuvent pas se permettre de siroter des huîtres et du champagne de culture biologique pour le dîner. Le centre-ville d’Amsterdam devrait être réservé aux riches et aux beaux, et on ne devrait pas s’attendre à ce qu’ils se sentent harcelés par les gens ordinaires.

Et ainsi la femme propre, née dans la ville provinciale de Haarlem, fait tout son possible pour faire d’Amsterdam un refuge de vertu, dans lequel il n’y a pas de prostitution de rue et de grottes de drogue qui attirent des visiteurs désagréables. Ces divertissements devraient être réservés aux citoyens qui ont un pouvoir d’achat suffisant pour se faire livrer directement et exclusivement des prostituées et des médicaments dans des appartements de luxe ou des suites d’hôtel.

Depuis quelques mois, Halsema est sur une voie difficile pour enfin mettre du beurre sur le poisson. Comme un moulin à prières, le maire vert se déchaîne contre l’agitation du quartier rouge et fantasme sur le transfert du commerce du sexe dans une friche industrielle loin de la ville. Au lieu des hirondelles et des casinos, à De Wallen, les bijoutiers, les galeristes et les temples gastronomiques tireront à l’avenir de l’argent des poches des touristes bien nantis. Tout ce qui est impur doit être interdit afin d’augmenter la valeur de l’immobilier par gentrification. En bref, la «saleté» devrait sortir.

Bien sûr, cette saleté comprend également les cafés et leurs visiteurs. Il semble à Halsema une affaire spéciale du cœur d’être moins indulgents que leur prédécesseur et d’accélérer la mort des cafés dans la capitale néerlandaise. Leur plan diabolique est d’interdire la vente de cannabis aux étrangers et aux non-résidents d’Amsterdam. Comme dans les provinces méridionales du petit royaume, il souhaite faire respecter le fameux «critère de résident» (Wietpas) et réduire à 68 le nombre des 166 cafés restants. Les étrangers qui se rendent à Amsterdam pour fumer de l’herbe devraient rester dehors. Tout aussi indésirables sont les touristes intéressés par la culture qui, après un long marathon de musée, veulent terminer la soirée d’une journée stressante avec un joint au coucher dans un café. En toute harmonie avec la police et le parquet, Halsema veut se débarrasser au plus vite de tous ceux qui «blowen» paisiblement dans les cafés, qu’ils soient jeunes ou vieux.
Le fait que l’ancien Premier ministre social-démocrate Joop de Uyl tourne dans la honte dans la tombe face à cette folie ne concerne pas la dame, qui affiche des tendances un peu narcissiques. Elle ne se soucie pas de la réforme du siècle de la loi sur l’opium, que le natif d’Amsterdam a mise en œuvre en 1978 (!) Contre la résistance de l’opposition conservatrice de droite et l’horreur des pays voisins.

La déclaration de guerre de Halsema contre les personnes qui voyagent de partout dans les pays d’interdiction pour laisser le fardeau de la paranoïa sur leurs épaules pendant quelques heures a rencontré une grande réponse dans la presse néerlandaise vendredi dernier. Le politicien vert de gauche du coin bourgeois et conservateur de droite, qui souffre gravement depuis 42 ans du fait que les linnets sont autorisés à consommer du cannabis en toute impunité, a reçu beaucoup d’approbation.
En revanche, les citoyens qui ont suffisamment de bon sens pour savoir que la réintroduction progressive de la prohibition du cannabis posera d’énormes problèmes, en particulier à Amsterdam, sont consternés. Le souhait de Halsema que «les millions de fêtards qui viennent chaque année au centre-ville d’Amsterdam pour se faire sauter la cervelle et se remplir d’alcool restent bientôt chez eux» ne se réalisera pas.
Le verrouillage imposé au printemps en raison de la crise corona a clairement montré que les cafés sont presque existentiels afin de freiner le commerce de rue illégal de cannabis. Peu de temps après son annonce, le décret de fermeture des cafés a conduit à des files d’attente interminables devant les magasins, que des marchands ambulants avisés ont immédiatement servis sur le côté. Moins de 24 heures plus tard, le gouvernement a répondu et a autorisé les ventes de cannabis à emporter.

La dernière question qui reste est de savoir si la tentative de Halsema de garder les «millions de touristes fêtards» qu’elle a mentionnés d’Amsterdam loin du style de la propriétaire est juste une tempête dans un verre. Pour le moment, les habitants d’Amsterdam profitent du calme coronaire dans la ceinture de canaux, mais à long terme, un sommeil profond à long terme dans la ville aura un certain nombre d’effets secondaires qui entraîneront des faillites et du chômage. Le triumvirat de Halsema, la police et le parquet, pour qui Amsterdam ne peut pas être assez somnolent, auront du mal à utiliser l’heure corona au-delà de la fin de la pandémie pour transformer la ville du canal en posemuck. Il est difficile d’imaginer que le conseil local pourrait être enveloppé par le maire qui a emménagé et que le rêve de la petite fille pourrait devenir réalité.


Cet article a été publié pour la première fois dans «Hanf Journal» le 11 janvier 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.