lundi, 6. juin 2011

Marche Mondiale du Cannabis 2011 en France – Une autre politique des drogues est possible !

Début mai, la Marche Mondiale du Cannabis a rassemblé plusieurs centaines de milliers de manifestants dans le monde, dont quelques milliers dans plusieurs endroits en France. Pour la première fois une quinzaine d‘organisations nationales ont soutenu un appel commun à manifester : Act up, AFR, AIDES, ASUD, Cannabis Sans Frontières, Cercle Anonyme de Cohésion, CIRC, ENCOD, Europe écologie – Les Verts, Jeunes Écologistes, Ligue des Droits de l’Homme, Mouvement des Jeunes Socialistes, Mouvement des Libéraux de Gauche, Principes Actifs, Technoplus… Cette année également, un plus grand nombre de villes se sont mobilisées : Paris, bien sûr, mais aussi Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes, Strasbourg, Cognac et même Aurillac. Sans oublier la Guadeloupe et la Réunion !

Des nombreuses impressions recueillies à l‘issue des manifestations programmées en France, il ressort pour beaucoup que «ça fait du bien», «ça libère», «ça met la patate»… Non pas seulement à propos de la consommation de la plante de cannabis dont ils défendaient les vertus et propriétés, mais simplement le fait de se retrouver ensemble dans la rue pour manifester et démontrer qu‘une autre politique des drogues est possible. Autre constat qui renforce le bilan globalement positif des organisateurs de la journée du 7 mai : l‘absence ou la presque parfaite discrétion des forces de l‘ordre. Et le soleil radieux (pouvant faire espérer parfois une foule plus importante) a sans doute contribué au sentiment de liberté qui se dégageait des rassemblements.

A Paris, pour la première fois officiellement, les participants ont véritablement marché de la Place de la Bastille à l‘esplanade de la bataille Stalingrad. Certains se rappelleront qu‘en 2002, la manifestation interdite par le Préfet avait tout de même pris la forme d‘un cortège autonome de 200 personnes -en majorité des jeunes- de la Bastille à La Mutualité. Avec un stand mobile de Techno+ en tête de cortège, cette année c‘est le RBH sound system qui a ambiancé le parcours, où badauds et passants légèrement étonnés affichaient une mine plutôt favorable. En effet, un petit millier de manifestants demandant la fin de la prohibition, c‘est finalement sympathique, tout en étant historique !

Les organisations qui appelaient à manifester portaient les principales revendications citoyennes afin de contribuer à l‘émergence du débat dans le cadre des échéances électorales à venir : La réforme de la politique française en matière de cannabis et l‘ouverture d‘un débat public sur la loi du 31 décembre 1970. Une régulation de la production, de la distribution et de la consommation de cannabis protégeant aussi bien le consommateur que l‘ensemble de la société. La dépénalisation de la consommation, de la possession et de l’autoproduction pour l‘usage personnel. Une prévention pragmatique et ciblée en direction des mineurs et des usagers problématiques. Une information cohérente et objective sur les effets et les pratiques de consommation réduisant les risques. La possibilité pour les usagers de se regrouper et d‘organiser des filières courtes de production, de distribution, ainsi qu‘un usage social possible dans des lieux adéquats. La prescription de cannabis dans un cadre thérapeutique.

A New York, le mot d‘ordre « Libérez Dana Beal – Libérons nous » résumait bien les intentions des manifestants, en signe de solidarité avec l‘un des fondateurs qui croupit actuellement en prison aux Etats Unis. Comme le relève le communiqué d‘une des organisations membre du collectif ad‘hoc des événements en France, à l‘issue de cette manifestation internationale : « Réveillons-nous, il devient urgent de sortir de la « Narkozy », un état dans lequel la peur concurrence la résignation ou la passivité, contribuant à l‘endormissement des masses. Si les conséquences de la prohibition sont aussi graves aujourd‘hui, c‘est qu‘une forme de ”laxisme“, prime au laisser-faire coupable, a laminé les forces démocratiques sur ce sujet, en s‘abritant derrière une posture morale et pseudo-hygiéniste d‘un autre temps. »

Pour conclure, il faut reconnaître aussi que pour la première fois les médias n‘ont pas ignoré la manifestation, avec environ 75 reprises des deux dépêches AFP pour signaler et rendre compte de la manifestation, l‘excellent article de Michel Henry dans Libération le jour même « à l‘heure hasch », des sujets radios (BFM, RFI, France Info, …) et TV (France3), deux articles dans Drogues News le blog de référence d‘Arnaud Aubron. En dépit de leur absence dans le cortège, le député maire du 18ème arrondissement parisien Daniel Vaillant et le maire de Sevran Stéphane Gatignon qui s‘était néanmoins fait représenté auront largement été cités dans les commentaires. Après cet essai réussi, il reste au mouvement antiprohibitionniste français à transformer réellement ses intentions, et notamment le samedi 18 juin pour la célébration du 35ème « Appel du 18 Joint ».

Par FARId

IMAGE: Déjà en 2002, la Marche Mondiale du Cannabis passe devant l‘Hotel de Ville malgré l‘interdiction. Rendez-vous le 12 mai 2012 – Foto: FARId / CSF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *