lundi, 6. juin 2011

Petite histoire française de la Marche Mondiale du Cannabis

La Marche Mondiale pour la légalisation du Cannabis est née aux Etats-Unis il y a plusieurs décennie. En 1998, à New York, en marge des réunions officielles de l‘ONU, Dana Beal de Cures Not Wars décide de s‘allier avec d‘autres organisations internationales de terrain pour coordonner une journée mondiale de mobilisation donnant plus d‘ampleur à leurs revendications communes contre la prohibition du cannabis.

En 1999,

une délégation française était présente à Londres, dans une manifestation impressionnante qui rassembla près de 20 000 personnes. Le mouvement était lancé. Programmée en France en 2000, cette manifestation n‘a finalement pu s‘organiser qu‘en 2001, dans quelques villes françaises qui se joignirent aux centaines d‘événements se produisant sur tous les continents, généralement le premier samedi du mois de Mai, chaque année.

À Paris,

la Marche Mondiale du Cannabis se tient à la Bastille depuis 2001. « Tolérée » (ni interdite ni autorisée) de 2001 à 2004, interdite en 2002 au motif qu‘elle se tenait à la veille du second tour de l‘élection présidentielle. Cette année-là, une marche totalement improvisée est partie de Bastille jusqu‘à la Mutualité où se réunissait les principales organisations de la gauche républicaine alors que dehors des centaines de jeunes scandaient « Libérons Marie Jeanne, enfermons Jean Marie ». Pour l‘édition 2005, le CAHO-MMC au terme d‘une négociation difficile réussissait à obtenir de la Préfecture de Police, pour la toute première fois en France, une autorisation en bonne et due forme pour l’organisation légale d’une « manifestation en faveur de la légalisation du cannabis » sur l‘espace public.

En 2006,

comme en 2007, 2008, 2009, 2010, la Préfecture a préféré reprendre son leitmotiv « la manifestation légalement déclarée n‘est pas interdite, mais elle n‘est pas autorisée », et toujours mettre fermement en garde au cas d‘ « incitations ou provocations à l‘usage en public ».

Pourquoi? Quels sont les mots d‘ordre?

Les mots d‘ordre au niveau international sont:

Pour un changement de politique

Pour la fin des mensonges répandus sur le cannabis

Pour l’usage du cannabis à des fins thérapeutiques

Pour la libération de tous les prisonniers politiques, connus ou inconnus, détenus pour des affaires liées au cannabis

Pour l’autoproduction de plants de cannabis à usage personnel.

Certains pays, dont plusieurs états des U.S.A., et d‘autres en Europe comme le Portugal, l‘Allemagne, la Belgique, l‘Espagne, la République Tchèque, voire la Suisse, l‘Italie même et d‘autres, paraissent réfléchir plus ou moins lentement et sérieusement aux conséquences de cette vertueuse prohibition. Cette année, la Marche Mondiale du Cannabis était organisé par un collectif d‘une quinzaine d‘associations et partis politiques, et dans une dizaine de villes en France. Toutes les organisations signataires convergent pour formuler des mots d‘ordre relayant les revendications citoyennes, dans une année pré-électorale :

Dépénalisation.

Auto production.

Cannabis thérapeutique.

Une autre politique des drogues est possible.

Par F.G.

IMAGES: MMC Paris 2011 – Photos: Damien Rousseau © 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *