jeudi, 1. décembre 2011

Edito: La parole aux usagers du cannabis

Alors que nous mettons la dernière main à ce numéro consacré à l‘importante question du cannabis thérapeutique, nous recevons des informations émanant du collectif Principes Actifs créé au début de l‘année 2011. Ce collectif est uniquement constitué de personnes qui en font un usage thérapeutique et dont les affinités se sont cristallisées autour du projet d‘être tout simplement utiles ensemble. Outre la mise en ligne prochainement d‘un site internet où on trouvera de l‘information, des témoignages, divers conseils etc., ce collectif s‘engage dans l‘action. Dans leur communiqué, le collectif Principes Actifs explique :

une syrinx rbh23N04«Nous sommes malades mais responsables et avons décidé de nous prendre en charge, nous savons ce qui nous fait du bien au travers de notre usage, mais parmi nous, certains ne savent où et comment s’en procurer sans passer par le marché noir. Et là, ils prennent des risques : interpellation, achats de produits frelatés et/ou de mauvaise qualité.

De fait ceux et celles qui le peuvent le cultivent, mais en dehors du contrôle de la qualité, les ennuis peuvent être du même ordre. Résultat, de trop nombreux malades se retrouvent au tribunal, et, malgré un dossier médical, ils sont condamnés à des peines fermes ou avec sursis, et des amendes. Cette situation doit cesser ! Elle est criminogène, voire criminelle. Nous revendiquons une facilitation de l‘accès aux traitements existants, et préconisons si l‘état physique de la personne malade le permet, l‘auto-production raisonnée en attendant un changement du cadre légal. Un médicament ne pouvant pas se présenter sous forme fumable, le Collectif préconise d’autres formes d’usage : vaporisation, ingestion, sublingual, patch. Le collectif est soutenu par des professionnels de santé et des militants du monde associatif ».

Soulignons qu‘en théorie, la loi est la même pour tous et s‘applique de partout à l‘ identique. Pourtant en matière de justice, en fonction des régions les verdicts sont totalement différents. A Strasbourg vous pouvez être dispensé de peine, à Bourges vous pouvez être relaxé, à Agen ou Cahors vous aurez une amende avec sursis, entre Annecy et Chambéry vous pouvez être condamné à 3 ans de prison… Cela n‘a pas de sens, la logique voudrait que les personnes ne soient pas jugées, et toutes celles en détention libérées immédiatement.

Scoop : L‘Union Européenne veut faire bonne figure, en lançant une consultation, alors faisons lui connaître notre opinion avant le 21 janvier 2012 sur http://ec.europa.eu/justice/newsroom/anti-drugs/opinion/111027_en.htm

Le seul moyen se faire entendre, c‘est de se regrouper et d‘agir collectivement. C‘ est une nécessité. Lors des élections prévues en 2012, [RBH]²³ – La Gazette du Chanvre souhaite participer activement à la mobilisation générale de l‘électorat pour la libération du cannabis, et la juste réhabilitation dans toutes ses formes et variétés du chanvre.

redaction@rbh23.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *