dimanche, 25. mars 2012

Vent debout contre la prohibition

À ma droite, vous avez la gauche bien connue pour son indulgence envers les amateurs de cannabis. Et à ma gauche, vous avez la droite bien connue pour sa sévérité contre les usagers de cannabis.

quand la gauche est au pouvoir, elle publie des circulaires enjoignant aux procureurs d’être cléments avec les fumeurs et quand la droite est au pouvoir, elle lance des campagnes présentant le cannabis comme le fléau détruisant notre jeunesse.

Pour la droite comme pour une majorité de la gauche, les partisans de la légalisation du cannabis sont des inconscients, voire des irresponsables, en tout cas des nostalgiques… Comme l’a dit le président de la Mildt dans un entretien accordé au Parisien : «Il faut arrêter avec ce mythe romantique du cannabis écolo.»

De retour au pouvoir en 2002, quelques années ont suffi à la droite pour diaboliser le cannabis et ceux qui militent pour une politique plus réaliste. De campagnes caricaturales sur les dangers du chanvre en opérations médiatiques sur le terrain, ils ont réussi à faire flipper les familles… Et le standard de «Drogues info service» d’exploser suite à l’appel de parents persuadés que leurs enfants amateurs de cannabis deviendront bientôt schizophrènes.

LE ROI EST NU

Oui mais voilà, Pour en finir avec les dealers, un livre écrit par Stéphane Gatignon (maire de Sevran dans le 9 – 3) et Serge Supersac (un flic de terrain à la retraite) a créé le Buzz début 2011.

Aujourd’hui, le trafic de drogues est entre les mains de gangs structurés défendant leur territoire à coups de Kalachnikov et si on ne veut pas que les mafias prennent le pouvoir en banlieue, l’État n’a pas d’autre choix que légaliser les drogues. Tels sont succinctement résumés les propos du maire de Sevran.

Moins remarqué, mais tout aussi remarquable, un livre de Michel Henry journaliste à Libération paru au début de l’année : Drogues Pourquoi la légalisation est inévitable ? enfonce le clou. Force est de constater que la guerre menée (au nom de la morale) contre le cannabis est perdue et que la réalité plaide en faveur d’une régulation de sa production, de sa distribution et de son usage.

Ce sont aussi les conclusions tirées par Daniel Vaillant, qui en créant une commission au sein du parti socialiste, voudrait convaincre ses collègues députés que l’époque n’est plus à la répression et à l’h ypocrisie, mais à la réglementation… L’occasion pour les ténors de la droite de pousser des cris d’orfraie devant tant d‘ insolence.

Mais la cerise sur le gâteau vient d’un groupe composé de personnalités hors de tout soupçon dont Kofi Annan, d’anciens Présidents latino-américains, de deux prix Nobel de littérature, le péruvien Mario Vargas Llosa et le colombien Gabriel Garcia-Marquez… Dans le rapport qu’ils remettent à l’Onu, ils dénoncent «les conséquences dévastatrices pour les individus et les sociétés du monde entier» de la guerre à la drogue, invitent les nations à en finir avec la criminalisation des consommateurs et incitent leurs gouvernement de trouver des alternatives à la pénalisation du cannabis.

En quelques semaines, le débat était relancé au grand dam de la Mildt qui avait réussi à le contenir, mais les médias qui naguère s’adressaient aux activistes préconisant (à leurs risques et périls) la légalisation du cannabis, préfèrent recueillir l’avis des politiques qui pour la plupart n’ont aucune réflexion de fond sur le sujet, la gauche bottant en touche et la droite jouant les vierges effarouchées.

LA RUE EST À NOUS

Il y a quelques mois encore, nous étions convaincus que le débat serait de la campagne présidentielle. Aujourd’hui, j’en doute. Pessimiste ? Non réaliste ! Et quand bien même nous prendrions notre plus belle plume pour interpeller les candidats à la présidentielle, nous connaissons d’ores et déjà la réponse des uns et des autres.

La loi évoluera le jour où les responsables du dossier «drogues» y seront contraints par la rue, mais tant que les amateurs de cannabis, (et ils sont très nombreux) auront peur (une peur toute symbolique) de se montrer au grand jour, le pouvoir (qu’il soit de gauche ou de droite) ne bougera pas le petit doigt.

Cependant, si la Marche Mondiale du Cannabis puis l’Appel du 18 Joint réunissent des dizaines de milliers de gens dans toute la France, le nouveau gouvernement ne devra-t-il pas reconsidérer sa politique des drogues et son fumeux concept de tolérance zéro ?

Saviez-vous qu’un Smoke Out est prévu le 20 avril 2012 à Amsterdam pour protester contre le Weedpass et la xénophobie qui gagne du terrain ? À deux jours du premier tour de la présidentielle, les activistes français seraient bien inspirés de s’associer à cette initiative, et pour ceux qui ne peuvent ou n’ont pas les moyens, même à vil prix, de se rendre à Amsterdam, de participer à un rassemblement de soutien devant l’ambassade de Hollande.

Jean Pierre Galland est Président-fondateur du Collectif d‘Information et de Recherches Cannabiques (C.I.R.C)

par Jean Pierre Galland

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *