mercredi, 5. septembre 2012

Le CSCF: Une lueur d‘espoir dans les ténèbres de la prohibition

Le 14 juillet, près de Tours avait lieu une assemblée générale constituante destinée à officialiser le concept du Cannabis Social Club, sur les principes élaborés par ENCOD. Il s‘ agissait de regrouper ceux qui en ont plus qu‘assez d‘un «no man‘s land» rejeté par la loi mais dont l‘existence est parfaitement connue. Et on peut considérer que c‘est un ultime mouvement de révolte citoyenne face à la remarquable négligence des pouvoirs publics. Partout, de nombreux usagers fuient le trafic, pour de multiples raisons, morales ou financières.

Mais contrairement à la propagande rebattue, ils sont parfaitement responsables de leurs actes. Il était donc normal qu‘ils tiennent à le faire savoir. Donc l‘existence de l‘association de fait, le Cannabis Social Club Français, a été votée à l‘unanimité.

De l‘ombre…

Un Cannabis Social Club suppose des principes contraignants, les adhérents doivent être irréprochables dans leurs agissements. Car c‘est également une démarche politique, revendicatrice. Il s‘agit de se regrouper par petites unités responsables, pour dans un esprit collectif subvenir tranquillement à des besoins définis préalablement. Tout doit donc être justifiable dans le processus aussi bien que dans le coût de fonctionnement qui est réparti entre les membres du CSC. Il y est interdit de faire du bénéfice financier, et si il y a abondance, le surplus doit facilement être traçable, si possible vers les réseaux thérapeutiques environnants. Ces clubs sont autonomes dans leur fonctionnement, aussi bien pour le recrutement des membres que dans leur gestion, bien sûr.

Plusieurs groupements de ce type existaient déjà par eux-mêmes. Petits îlots de résistance secrète. Mais la plupart sont prêts à s‘engager et à signer la charte /code de conduite qui les fédère au Cannabis Social Club Français, dans une démarche complètement militante proche de la désobéissance civile revendiquée. C‘est l‘aspect jardinier de l‘anti-prohibition totalement assumé.

…A la lumière.

L‘AG de Tours a également voulu se doter d‘un outil technique, plus en charge des questions ne concernant pas la production : communication, information, prévention, évènementiel, défense des membres de CSC, etc… L‘association loi 1901, Les Amis du CSCF, est donc enregistrée officiellement depuis le 11Août. Petit particularisme à signaler, elle fonctionne avec un bureau collégial renouvelable chaque année. L‘expérience des anglo-saxons montre à quel point la prise en compte de la thématique prohibitionniste nécessite du lobbying y compris, voire même surtout, politique. Ce sera également au nom de l‘association que cela se fera.

Mais, association de soutien, largement ouverte à tous les sympathisants, elle a besoin de nombreux adhérents pour pouvoir faire face à ses mandats. Toute association qui souhaiterait épauler «Les Amis du CSCF» peut également adhérer. Vos dons et cotisations peuvent être adressés à la boite postale ci-après.

L‘existence du CSCF est très récente, et n‘a pas encore atteint les 100 jours fatidiques du premier bilan… Ce qui tombe bien parce que beaucoup reste encore à faire, principalement dans la mise en place de l‘ organisation et de l‘articulation des champs d‘action.

A ce jour, près d‘une centaine de CSC en activité se sont affiliés au CSCF, la région Centre à elle seule en compte 27, le reste étant réparti quasiment dans toutes les autres régions de France.

Une Assemblé Générale des «Amis du CSCF» est prévue le 13 octobre prochain (lieu à confirmer). Une nouvelle AG du «CSCF» se tiendra le 1er décembre prochain, à Paris.

Pour participer :

Les amis du CSCF

BP 15

37 110 Château-Renault

Chèques à l‘ordre :

Les Amis du CSCF

+ d‘infos :

http://www.encod.org

http://www.cscf.eu

http://facebook.com/OperationActeDeConscienceCitoyenne

par Les Amis du CSCF

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *