lundi, 15. avril 2013

Politique de l’autruche

Ce pourrait être un scoop mondial, puisque qu‘aucun média n‘en a encore vraiment parlé. Quid de la 55ème session de la Commission des Stupéfiants de l‘ONU à Vienne qui s‘est tenue du 9 au 16 mars ? Rien, nada, nitchevo. Sur Internet, avec « Vienna 2012 drugs », on tombe d‘abord sur un communiqué du Comité des ONG à Vienne, puis sur les compte-rendu d‘ ENCOD, ensuite sur le site de l‘INPUD, enfin sur celui de l‘IDPC. En résumé : les ONG de la société civile. Notons qu‘il y avait aussi des représentants d‘autres réseaux comme TNI, LEAP, Youth Rise, SSDP, etc…

Les rares lignes dont on a pu prendre connaissance dans la presse autrichienne locale à défaut de voir les autres médias internationaux s‘y intéresser, tournaient autour du passage remarqué une fois de plus du président de l‘état plurinational de Bolivie, Evo Moralès. Fermement, il a su présenter à la Tribune de la plénière d‘ouverture de la CND, les produits dérivés par lesquels les Boliviens veulent faire progresser en dépit de l‘imbroglio avec les Nations Unies, leur revendication d‘une utilisation traditionnelle de cette feuille de coca, qui n‘est pas la cocaïne (1). Sinon, la présence diplomatique massive, visible et bien orchestrée de délégations d‘Afghanistan, de Turquie, de Colombie, du Pakistan, et de la Thaïlande n‘aura pas suffi à contenir les aspirations au changement. Même si dans les textes officiels rien ne transparaît, il demeure qu‘en 2012 le souffle de la réforme s‘est largement fait ressentir. Essentiellement porté par la présence de nombreux représentants d‘ ONG, certaines questions mais aussi des affirmations qui dérangent ont pu être formulées directement. Comme par exemple, au moment de la conférence de presse du Yuri Fedotov, le chef de l‘UNODC qui s‘ est interrompu au bout de 33 minutes parce qu‘il souhaitait répondre aux questions de « vrais journalistes, pas d‘activistes ». Il faut dire que la dernière question était perfide : « pensez-vous que les Etats des USA qui ont adopté des lois favorables au cannabis thérapeutique soient en contradiction avec les conventions internationales ? ». Sèchement, il a répondu « OUI, c‘est le cas » en se levant immédiatement. Juste auparavant il avait été gravement échaudé, par les questions relatives à la politique en Russie à l‘ égard des usagers de drogues injectables, et des programmes de substitution et de réduction des risques quasi inexistants… C‘ était d‘une certaine manière l‘obliger à balayer devant sa porte. Il l‘aura refermée.

lautruche Image by FaridPersonne ne saura vraiment si le nouveau président Poutine entendra un jour ces fortes critiques. Toujours est-il que la stratégie onusienne de maintien de la prohibition passe désormais de la main des Etats-Unis à celles des Russes, qui reprennent le flambeau avec une ferme intention hygiéno-totalitaire, et un maitre mot : abstinence.

Et cela, les délégués russes l‘ont fait clairement sentir, le vendredi après midi, lors de la discussion sur la dernière résolution, puisque toutes avaient été adoptées la veille à un train d‘enfer. C‘est sur la présence et la participation de certaines ONG, que les délégués russes par une démonstration hallucinante osèrent utiliser la transparence quant à la sélection des ONG, arguant que la participation de certaines d‘ entre-elles était non-démocratique… Un avertissement clair pour l‘ année prochaine, où il y aura manifestement une volonté de contrôler et sans doute limiter la participation de délégués de certaines associations.

D‘un point de vue général, si on observe bien l‘actualité, la proposition des états de l‘isthme amérindien (Mexique, Colombie, Honduras, Guatemala) d‘ ouvrir un débat sur une possible alternative à celle en usage et en échec total depuis des décennies, sur fond de rapport de la Commission Mondiale sur la Politique des Drogues, a ouvert la brèche : la légalisation sera bientôt officiellement et assez logiquement mise à l‘agenda des grandes réunions internationales, comme le sommet des Amériques du 14-15 avril.

Tout comme la crise économique en Europe favorise une tendance aux politiques de dépénalisation faisant appel au pragmatisme, à l‘exemple du Portugal. La Pologne, et la Grèce, deux pays qui avaient des législations similaires à celle en vigueur en France, ont décidé de stopper cette stratégie contreproductive au cours du dernier semestre 2011.

Enfin, la prochaine stratégie de l‘Union européenne sera adoptée sous présidence chypriote, il y a tout lieu de penser qu‘elle sera le reflet de ces discussions avec la société civile, et des recommandations du Parlement européen. C‘était en tout cas, l‘analyse optimiste du responsable du TNI, Martin Jelsma répondant à la question d‘un universitaire de l‘UNODC qui souhaitait savoir s‘il n‘y avait pas trop d‘espoirs face à un appareil peu enclin à lâcher prise…

C‘est peut-être une des avancées qui ressortira des discussions officielles de cette CND 2012, quand le vent de la réforme aura définitivement changé le sens des priorités entre d‘un côté la prévention et le soin et de l‘ autre côté la pénalisation et la répression. C‘était d‘ailleurs la thématique d‘une résolution remettant en cause les politiques uniquement répressives, appliquant notamment les exécutions capitales. Deux documents en plus sont quand même sortis : le premier est cette déclaration commune de plusieurs agences de l‘ONU pour demander que les camps de réhabilitation par le travail soient fermés parce qu‘ils sont contraires aux Droits de l‘Homme. Le second, c‘est « un guide pour l‘estimation des besoins de substances placées sous contrôle international » par l‘INCB (en français OICS) (2). Plus concrètement encore, dans les couloirs, comme dans certaines réunions programmées en marge du sommet officiel, le « cannabis médical », la « régulation légale », « l‘ accès aux médicaments antidouleurs », la « réduction des risques », « l‘ouverture d‘un débat », « la prise en compte de la parole des usagers » paroles portées par la société civile paraissent avoir été au cœur des échanges. Avec une forte aspiration à sortir des postures incantatoires pour prendre en compte la réalité du terrain.

Ressources:

(1) : Le magnifique reportage vidéo en anglais :

http://drogriporter.hu/en/cnd2012

(2) : www.idpc.net/publications/2012/03/guide-on-estimating-requirements-for-substances-under-international-control

Sources :

www.ccsa.ca/2012%20CCSA%20Documents/VNGOC-Press-Release-2012-March-13-fr.pdf

www.encod.org/info/IMPRESSIONS-FROM-VIENNA-PART-1.html

www.inpud.wordpress.com/2012/03/16/inpud-is-at-the-cnd-in-vienna-so-what-is-going-on-2/

www.idpc.net/alerts/2012/03/idpc-reports-from-the-55th-session-of-the-cnd

Par Farid Ghehiouèche

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *