lundi, 3. juin 2013

Parcours vers la légalisation

Le 20 avril 2011, sur la place des Droits de l’Homme et du Citoyen d’Evry, dans le cadre du « 420 », le collectif Cannabis Sans Frontières participait à l’appel international qui se déroule chaque année le 20 avril à 16h20, partout dans le monde pour réclamer la dépénalisation de l’usage du cannabis et de ses dérivés. Dans ce contexte, j’ai tenu à m’adresser au député-maire d’Evry Manuel Valls. Symboliquement je ciblais la capitale du Génopôle en déclarant à Essonnes Infos : «La question du cannabis thérapeutique doit être posée»(1).

parcoursAvec la lettre de doléances remise au maire, réclamant un rendez-vous pour discuter des enjeux du cannabis thérapeutique, le collectif Cannabis Sans Frontières envisageait aussi de s’entretenir avec les responsables du Généthon, qui avaient obtenu l’autorisation de produire des médicaments spécifiques en tant qu’association à but non lucratif (2). Manuel Valls a donc répondu le 6 juin 2011 (Cf. fac similé). Un an plus tard, devenu ministre de l’Intérieur, son entourage répondait à ASUD «espér[ant] que le ministère de la Santé fera contrepoids» à la Place Beauvau : «que les choses soient claires : la «gauche fumette», c’était 1968 pas 2012! » (3)

 

Mais c’est de la réforme de la loi du 31 décembre 1970, dont on parle !

Le 26 avril 2011, je recevais un message du Parti Socialiste sollicité pour participer activement à la mobilisation dans le cadre de la Marche Mondiale du Cannabis. Ce message était signé par l’actuelle Porte Parole du gouvernement, Najat Vallaud Belkacem, qui à l’époque était modestement «Adjointe au Maire de Lyon et Conseillère Générale du Rhône»:

Bonjour Farid, Je vous remercie pour ce message et votre sollicitation. Je suis effectivement Secrétaire Nationale du Parti Socialiste en charge des questions de société et j’estime pour ma part que cette question du cannabis en est une à part entière. Je me sens donc très intéressée par votre message. Toutefois, le Parti Socialiste s’inscrivant dans un travail et une démarche collective, et ce sujet étant en réflexion actuellement, nous n’avons pas encore arrêté notre position sur le sujet. Je vous prie de bien vouloir être certain que je vous tiendrai informé dès que ce sera le cas.

2012, année du changement ?

Un an plus tard, candidat « Cannabis Santé Libertés Justice » aux législatives dans la 8ème circonscription de l’Essonne, face à Nicolas Dupont-Aignan, je tentais de mettre «le cannabis au centre de la campagne», et soulignais qu’en «France, on ne peut pas parler des applications thérapeutiques bénéfiques. Ce serait aller contre la loi qui interdit de le présenter sous un jour positif».(4)

Mais ce fameux 8 juin 2012 (5), un an avant le décret signé par Marisol Touraine, qu’avais-je donc à demander au nouveau Président élu et aux futurs députés qui siègeraient pour la 14ème legislature à l’Assemblée nationale (6) :

Dans le cadre de la campagne électorale «Cannabis Santé Libertés Justice», et pour conclure celle-ci par un message clair, je vous adresse cinq propositions concrètes à mettre en oeuvre pour que le vrai changement s’opère maintenant !

1 – Libérons les balcons : pour une circulaire du ministère de l’Intérieur afin de cesser le harcèlement des usagers, adultes, qui dans un cadre privé font usage ou cultivent du cannabis pour satisfaire leur consommation personnelle ;

2 – Des Cannabis Social Clubs pour la production, la distribution et la consommation dans un cadre privé, collectif et non lucratif ;

3 – Une Agence Nationale du Cannabis Thérapeutique afin d’offrir le meilleur accès aux personnes malades ;

4 – Mise en place d’un Forum de la Société Civile pour la participation active de représentants d’organisations et celles des usagers de drogues à la définition de la nouvelle stratégie de la France en matière de drogues, pour une politique cohérente, pragmatique, audacieuse et responsable ;

5 – Halte aux tests salivaires non fiables.

 

Tout le monde sur la barricade !

Dominique Broc, Jean Baptiste Charbonnier, Francis Dubut, Dominique Loumachi, Jean Paul Laurent, … Depuis, d’autres personnes ont pris des initiatives, même s’ils n’ont pas eu autant d’écho que les Cannabis Social Clubs Français avec Dominique Broc qui convoquait une assemblée générale constituante le 14 juillet 2012 à Tours. Le 27 juillet 2012, Olivier Asteggiano déposait une plainte (PV N°02261 – 2012) pour non assistance à personne en danger, déclarant « avoir besoin de soulager son état avec de l’herbe de cannabis, étant atteint de sclérose en plaques ». Deux semaines plus tard, le 13 août 2012, c’est Jean Baptiste Charbonnier qui s’adressait simultanément au gouvernement, à François Hollande et au Président de l’ANSM pour une demande de dérogation à la loi en vue de l’usage, et/ou, de l’importation, et/ou de la production de cannabis thérapeutique. Voici un extrait du courrier qui maintenant, à la lecture du décret du 8 juin 2013, peut prendre un tout autre sens :

Monsieur le Directeur Général,

(…) Je me permets de vous demander, par la présente lettre, et en tant que patient atteint de SSPT depuis  2002, (Syndrome de Stress Post-traumatique) de bien vouloir m’accorder une dérogation à la loi, concernant l’interdiction de toute importation, transport, détention, usage et prescription de cannabis à des fins thérapeutiques. Ce qui me permettrait de soigner mon SSPT au cannabis ou avec d’autres médicaments à base de cannabinoÏdes (de type SATIVEX, BEDROCAN …). Je dispose d’une attestation datant du 08/08/2012 du docteur DEFAYOLLE, Médecin à l’hôpital de Bellevue, 42000 St ETIENNE, certifiant que : «[… ] Dans le cas de Mr CHARBONNIER, une consommation quotidienne lui permet de mener une vie normale, sans crises d’angoisse ni trouves du sommeil, sans troubles de la vigilance ni de la mémoire (ce qui serait le cas sous un traitement «officiel» […]»

Francis Dubut aussi a fait des vagues, avec ses multiples lettres depuis quelques mois, à titre personnel et toutes celles pour défendre le CSCF, notamment le CSCF 23-1 de la Creuse (Rendez-vous le 25 juin à 14h au TGI de Guéret). Tout le monde peut écrire à M. François Hollande – Présidence de la République, Palais de l’élysée 55, rue du Fbg St Honoré 75008 Paris, pas la peine de mettre un timbre sur l’enveloppe.

 

2013, vive l’Holland’haze !

Comme un effet champignon, à la suite des Cannabis Social Clubs, c’est la Bud Revolution qui s’annonce ; A un autre niveau, des Cannabis Médical Clubs, sur le modèle des clubs compassionels, tels Secours Vert se mettent en route. Avec le principe du parrainage direct, entre un patient rencontrant un producteur solidaire s’engageant à le fournir régulièrement. Ou bien, aussi, sous forme de coopérative, comme une SCIC, des serres municipales de production pourraient devenir un motif de revendication citoyenne aux élections d’ici l’an prochain.

Une dynamique du changement, comme celle entreprise par ceux qui avec des bombes de graines ou des boutures missiles veulent semer la grainilla Hererist : «Appel à la désobéissance civile:  Vive les Cannabis Social Clubs! Vive l’Union des Utilisateurs de Chanvres Libres».

Enfin, comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, un autre groupe est apparu, les «Mères pour la Marijuana», version française des «Mums for Marijuana». Et après, pourquoi pas la branche NORML.FR pour venir consolider toutes ces évolutions récentes. Le soleil brille pour tout le monde !

Nota Bene : retrouvez la version intégrale de l’article sur le site RBH23.com

Sources :

(1) http://essonneinfo.fr/91-essonne-info/9001/manuel-valls-interpelle-par-cannabis-sans-frontieres/

(2) http://essonneinfo.fr/91-essonne-info/8745/le-genethon-se-lance-dans-la-fabrication-de-medicaments/

(3) www.asud.org/2012/05/31/valls-repond-a-asud/

(4) http://essonneinfo.fr/91-essonne-info/26659/le-cannabis-veut-son-poste-de-depute/

(5) Procès le 6 septembre 2013 à 9h, à la chambre 9 B du TGI d’Evry.

(6) http://farid2012.org/spip.php?article87

par Farid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *